En avant le PCF.

Forum de réflexions communistes.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MUNICIPALES 2008 : Positions du CCI-T

Aller en bas 
AuteurMessage
polo2001



Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: MUNICIPALES 2008 : Positions du CCI-T   Sam 23 Fév - 11:00

Cher(e)s camarades
je vous transmets la position du Comité Communiste Internationaliste-Trotskyste (CCI-T) relative aux Municipales 2008.
Bonne lecture

TOUS LES RESSORTS SE TENDENT
CONTRE SARKOZY ET SON GOUVERNEMENT


SARKOZY PLONGE DANS L’IMPOPULARITE ET LA DEFIANCE

Moins d’un an après son élection, Sarkozy voit son assise politique et ses soutiens s’effriter. La division, l’incertitude et les critiques gagnent les rangs mêmes de la bourgeoisie. Elu comme prétendant Bonaparte, c’est dans une ambiance délétère de fin de règne que toutes les initiatives que Sarkozy prend se retournent aujourd’hui contre lui. Ses déclarations scandaleuses sur la religion, celles de ses conseillers par exemple sur les sectes, provoquent des levées de boucliers jusque dans son parti et dans son gouvernement. Les candidats UMP, y compris les plus en vue, refusent son soutien et font disparaître son sigle de leur propagande. La bourgeoisie s’inquiète ouvertement des résultats possibles aux municipales. Des fractions entières des électeurs de Sarkozy, douchés par les attaques dont ils sont également victimes, changent d’avis et contestent ouvertement leur champion d’hier.


MAIS IL MAINTIENT LE CAP EN S’APPUYANT SUR LES DIRECTIONS SYNDICALES

Pourtant Fillon affirme au Figaro le 14 février : « Les municipales auront des conséquences politiques…locales. Il n’est pas question pour nous de mélanger les élections locales et les échéances nationales. » et il déclare : « Je maintiendrai le cap ».
Ce qui permet à Sarkozy, discrédité, et à son gouvernement de se projeter au-delà des municipales et de maintenir le cap, Fillon lui-même en donne la raison dans cette interview : « L’accord passé avec les partenaires sociaux sur le contrat de travail devrait conduire l’ensemble des politiques, et notamment ceux de la gauche, à s’interroger sur les clivages anciens. Eux qui n’avaient jamais négocié depuis quarante ans sur ce sujet ont réussi à s’entendre sur un point d’équilibre assez audacieux. Pour réformer en profondeur la société française, on a besoin d’élargir la base de soutien des réformes, on a besoin de majorité d’idées, on a besoin de consensus. On a besoin de faire ce que tous les pays européens qui ont accompli des réformes profondes et durables ont fait, c’est à dire trouver des accords par delà les frontières partisanes, trouver des accords syndicats - patronat sur les retraites, la protection sociale, le droit du travail etc... ».
Les directions syndicales ont empêché à l’automne dernier la possibilité du rassemblement des étudiants, fonctionnaires, salariés des régimes spéciaux dans la grève générale contre Sarkozy, car ils auraient entraîné avec eux toute la classe ouvrière. Les directions syndicales ont négocié la liquidation des régimes spéciaux et permis ainsi à Sarkozy de remporter une victoire. Elles sont aujourd’hui engagées jusqu’au cou dans les négociations « des réformes profondes et durables » prônées par Sarkozy dans le cadre d’un agenda social pour 2008 qui doit permettre au gouvernement de poursuivre, avant comme après les municipales, sa politique.


UNE SITUATION INTOLERABLE

Les entreprises du CAC 40 ont publiés leurs résultats. Leurs dirigeants s’adjugent des augmentations de revenus mirobolantes, les actionnaires s’engraissent. Mais la crise économique mondiale qui se précise, le ralentissement de la croissance, les pertes colossales de la balance commerciale française et la concurrence acharnée entre les différentes bourgeoisies rend les capitalistes deux fois plus féroces :
Profits ou pas, pas un sou pour les salariés ! Profits ou pas, restructurations et délocalisations ! Profits ou pas, tout pour les entreprises, feu sur les maigres acquis des salariés, sur les services publics et les fonctionnaires, sur l’école et la jeunesse ! Sarkozy et son gouvernement n’ont qu’une ligne : en défense du capitalisme français, multiplier les attaques tous azimuts !
Les grèves qui éclatent dans la grande distribution, à Kleber, chez Ford etc. montrent que le prolétariat n’accepte pas plus la situation actuelle que le sort qui lui est promis. Et dans la CGT, FO, la FSU, les réactions se multiplient contre l’orientation des directions syndicales, pour la rupture des soi-disant négociations qui ne sont qu’un soutien à peine déguisé a la mise en place des réformes de Sarkozy.


UNE PERSPECTIVE OUVRIERE POUR SORTIR DE LA CRISE

Pour sauver la population travailleuse, les retraités, les chômeurs et la jeunesse de l’appauvrissement général, de la crise entraînant licenciement sur licenciement, voilà ce qu’il faudrait mettre en œuvre : l’augmentation immédiate des salaires, des retraites et l’indexation automatique sur le coût de la vie, pas une année de plus de cotisation pour les retraites, retour aux 37,5 annuités pour tous, le blocage des loyers, le contrôle des prix, l’arrêt immédiat et l’interdiction des licenciements, des restructurations et des délocalisations, le CDI comme seul contrat de travail, la restitution des milliards d’euros dus par les entreprises à la Sécurité sociale, l’abrogation des franchises médicales, le rétablissement de tous les postes de fonctionnaires supprimés, la régularisation des sans-papiers, l’abrogation de toutes les attaques contre l’école, les salariés, la jeunesse, prises par ce gouvernement et les précédents…
Aucune de ces revendications élémentaires n’est compatible avec le maintien de Sarkozy au pouvoir, avec un gouvernement au service de la bourgeoisie. Il faut un combat coordonné de toute la classe ouvrière et de la jeunesse pour renverser Sarkozy, pour un gouvernement qui s’attaque résolument au capitalisme, constitué par les organisations ouvrières, contrôlées par les travailleurs. Voilà ce que doit être la perspective des combats qui s’annoncent.


PAS D’ALLIANCE AVEC LA BOURGEOISIE,
PAS PLUS AUX MUNICIPALES QU’AU PLAN GOUVERNEMENTAL !

Respectueux de l’économie de marché, c’est à dire en bon gestionnaire du capitalisme, le PS a approuvé sur le fond la remise en cause des régimes spéciaux, tout comme il vient majoritairement de voter pour ratifier le Traité Constitutionnel Européen, pourtant rejeté par la majorité des électeurs lors du référendum de 2005. Pour les municipales, le PS présente des listes en alliance avec des partis ouvertement bourgeois comme le PRG ou bien même dans certains cas avec le MODEM. Parfois des patrons, rebaptisés « représentants de la société civile », figurent sur les listes. Le PCF fait de même.
Pourquoi le PS et le PCF concluent-ils de telles alliances ? Ils laissent croire que l’on peut administrer des municipalités dans l’intérêt des salariés en alliance avec des hommes et des partis qui viennent directement de la bourgeoisie et la représentent ! Ils s’efforcent, comme le prône Fillon, d’effacer « les clivages anciens », de « trouver des accords par delà les frontières partisanes », c’est à dire des frontières de classe, sur « des majorités d’idées », de « consensus ». Ils appliquent aux élections des compromissions analogues à celles des dirigeants syndicaux avec le patronat et l’Etat.
Pour l’essentiel, les municipalités restent subordonnées à l’appareil d’Etat, aux exigences du capitalisme, aux lois et mesures du gouvernement de la bourgeoisie qui conduisent aux fermetures d’usines et à la misère dans laquelle les salariés et les jeunes sont entraînés chaque jour plus nombreux. Elles pourraient cependant servir de points d’appui dans le combat des travailleurs contre les patrons et leur gouvernement, mais c’est impossible si elles sont dirigées par une alliance avec ces mêmes forces. Le PS et PCF savent que dans les combats à venir, la classe ouvrière et la jeunesse vont tenter de jeter Sarkozy dehors. Ils tentent de leur faire barrage sur tous les terrains, ils tentent de masquer la coupure de plus en plus nette qui s’opère entre le camp des travailleurs, de la jeunesse et le camp de la bourgeoisie. Pour sauvegarder le système actuel, ils prétendent que les combinaisons de plus en plus larges avec des partis de la bourgeoisie constituent le seul horizon possible. Tel est aussi le sens de l’appel à la « vigilance républicaine », critiquant à mots couverts Sarkozy, signé conjointement par Ségolène Royal, Bayrou et Villepin, l’homme du CPE !


A l’évidence, la classe ouvrière et la jeunesse vont tenter, en se servant des municipales, d’infliger une défaite à Sarkozy. Mais pour barrer la route aux candidats de l’UMP, ils seront contraints de voter pour les listes d’alliance PS, PCF avec les partis bourgeois PRG, MODEM etc. Même LO et LCR, quand elles présentent des listes indépendantes au premier tour, cautionneront ces alliances au 2eme tour. La classe ouvrière et la jeunesse sont donc piégées sur le terrain de ces élections dans la plupart des cas, empêchées d’exprimer un vote clair et net contre la bourgeoisie et ses partis. Pour manifester au PS et au PCF leur refus des compromissions avec les politiciens bourgeois, ils n’ont que la possibilité de rayer les noms de ces candidats bourgeois sur les listes « d’alliance », ce qui revient dans les grandes villes à annuler leur vote.
En tout état de cause, la manœuvre du PS et du PCF ne parviendra ni à masquer le sens réel du vote anti-Sarkozy, anti UMP qui se profile, ni à résorber les contradictions explosives qui minent la bourgeoisie française et menacent Sarkozy, son régime et le capitalisme derrière lui.

Pour prendre contact avec le CCI-T
ccit@cci-t.org
Site : http://www.cci-t.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MUNICIPALES 2008 : Positions du CCI-T
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Royal Rumble 2008
» Calvi 6 et 7 juin 2008
» Brest 2008, nous y étions
» 5 Couleurs Iridescent DIOR "Golds" (été 2008)
» médaille d'or des abrutis 1908 ... euh 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
En avant le PCF. :: Divers :: Déclarations-
Sauter vers: